25 Avril 2022

Dans les coulisses d'un shooting photos dans les Dolomites

Je ne sais pas pour vous mais bien souvent lorsqu’on regarde les réseaux sociaux ou les magazines, nous avons tendance à ne voir que les photos magnifiques et nous oublions la plupart du temps tout ce qui est mis en place derrière le décor.

A travers cet article, je vais vous raconter les coulisses de mon dernier shooting Moustache dans les Dolomites pour le lancement des GAME 2022.

Avant de sortir une vidéo, il y a une longue phase de préparation et de réflexion. Il faut trouver la bonne idée et imaginer une histoire pour retranscrire au mieux l’univers d’un vélo. Une fois le concept défini, nous recherchons inlassablement le meilleur spot, en croisant les doigts pour que la météo soit de la partie et qu’il n’y ait pas d’imprévu le jour-J…

Sur place, c’est là que les choses sérieuses commencent ! Rien ne doit être laissé au hasard car chaque détail à son on importance au risque de devoir passer des heures en retouche ou pire de ne pas pouvoir utiliser une image à cause d’une grimace incongrue, ou d’une poussière sur l’objectif… Un shooting c’est des heures à filmer et photographier, avec souvent de nombreux passages pour les riders, tout en gardant constamment le smile (Andreas est d’ailleurs très bon à ça :D). En bref, il y a toujours un peu de stress et de fatigue mais le rendu final en vaut la peine.

Si vous ne connaissez pas le GAME, il s’agit du modèle de VTT le plus engagé chez Moustache avec ses 170mm de débattement, ce vélo est conçu pour envoyer. Cette année voit arriver une nouvelle batterie de 750 Wh qui rajoute 20% d’autonomie. De quoi prolonger le plaisir de rider ! L’idée est donc de montrer le potentiel du bike, qui peut vous emmener au sommet de n’importe quelle montagne, pour rouler jusqu’à la nuit tombée sans avoir à vous arrêter (pour recharger la batterie du vélo en tout cas).

Pour la première fois depuis les débuts de Moustache, nous avons voulu s’aventurer hors de la France pour un shooting. Non pas que nous sommes lassés de notre terrain de jeux Vosgien, mais s’ouvrir à de nouveaux horizons fait du bien après ces périodes de confinement. Parmi les destinations auxquelles nous avons pensées figurent les mythiques Dolomites.

Qui de mieux placé pour en discuter qu’Andreas Tonelli et Werner Ebner, tous deux ambassadeurs Moustache et guides de montagne. Ils connaissent cette région comme leur poche ! Quelques échanges mails et plusieurs visio plus tard, le trip est planifié et la liste de spots pour shooter est prête, perfetto.

Maintenant que les derniers détails sont validés, la date calée, il n’y a plus qu’à s’occuper de la logistique pour être prêt dans 4 semaines…

JOUR-J

Let’s go ! C’est parti pour cinq journées bien remplies !
Le vendredi matin, à 6h le fourgon est chargé avec tout le matos, je prends la route en direction de Neuligen (GE) pour récupérer Manuel Sulzer notre photographe et rejoindre le reste de l’équipe au camp de base à Val Gardena (IT). Mathieu Echeverri, notre caméraman, fait le voyage de son côté depuis Nice (FR), tandis qu’Andréas et Werner nous rejoindrons directement depuis chez eux demain matin. C’est un peu de logistique mais on est loin des tournages hollywoodiens, en général sur ce type de projet on travaille en petite équipe car on se déplace beaucoup à vélo du coup faut savoir rouler un minimum. Après une bonne pizza Italienne il est temps d’aller au lit, les choses sérieuses commencent demain !

SAMEDI

Andréas et Werner rejoignent la team pour le petit déjeuner. Programme de la journée : shooter les 5 vélos en statique dans ce décor fabuleux que sont les Dolomites.
Sur le papier, ce n’est pas la partie la plus compliquée et pourtant ça peut vite prendre des heures ne serait-ce que pour trouver un endroit plat (c’est plus simple aux Pays-Bas…). On ne va pas se mentir, passer une bonne partie de la journée sur des photos statiques n’est pas la partie la plus excitante, filons directement à la partie riding !

DIMANCHE

Le groupe a rendez-vous sur le parking à 5h pour prendre une navette afin de rejoindre un spot en haut de la montagne et capturer le lever de soleil. Notre chauffeur nous dépose au pieds des pistes, on termine l’ascension sur les vélos ce qui permet de se réchauffer un peu car le thermomètre est négatif et le vent glacial. A 6h30 le soleil pointe le bout de son nez. Nous faisons quelques plans sur les crêtes, profitant de la lumière et du panorama qui se découvre devant nous, le genre de spectacle qui vaut la peine de sortir du lit, même très tôt !

Nous attaquons ensuite un petit single qui redescend au milieu de pâturages, sur lequel nous filmons des sections techniques. Nos deux locaux ont vite pris leurs marques sur les vélos et ça roule fort au milieu des pierriers. Ce jour-là nous enchainons les spots, jusqu’à arriver à un refuge sorti directement d’une couverture de magazine de voyages spécial outdoor !
Nous nous arrêtons quelques minutes au petit chalet pour faire une pause ravitos et boire le traditionnel capuccino avant de repartir rouler jusqu’en milieu d’après-midi.

LUNDI

Ce soir, l’équipe a prévu de dormir dans un refuge d’altitude à 2575 m, autant dire qu’il vaut mieux ne pas être somnambule… Le plan est d’arriver là-haut pour la tombée de la nuit afin de tourner des images en nocturne avant de se lever avec le soleil ! La journée va être longue mais nous avons tous hâte d’arriver sur notre prochaine destination car l’endroit décrit par Andréas et Werner semble juste magique. Nous roulons tout le matin avec les gars, jusqu’à être interrompu par un gros orage.

En fin d’après-midi la récompense ultime se profil au loin, perché tout en haut de la montagne. La nappe de brouillard transpercée par les rayons du soleil, laisse entrevoir la vallée qui s’étend sous nos pieds/roues. Petit détail, le repas dans le refuge est servi à heure fixe donc si nous ne voulons pas manger froid il ne faut pas faire attendre le chef… Avec les gars, nous décidons de tourner les images entre le plat et le dessert car le couché de soleil lui non plus n’attend pas. A la nuit tombée nous mangeons finalement notre part de strudel qui fait partie des incontournables de la région. Cette pâtisserie parfumée à la cannelle avec une garniture de pommes hachées et de fruits secs, fait partie de l’héritage du voisin autrichien. La double culture est très présente dans les Dolomites qui ont même appartenues à l’Autriche jusqu’en 1919, voilà pour la parenthèse culture générale. Nous regagnons notre dortoir qui me rappelle les auberges de jeunesses ! En espérant que personne dans l’équipe ne ronfle trop fort…

MARDI

Ce matin le groupe se réveille encore de bonne heure pour espérer attraper le lever de soleil, manque de chance nous avons un ciel voilé… Qu’importe le décor est quand même à couper le souffle, au bord du vide, nous décidons de faire quelques plans de drone pour capturer ce panorama extraordinaire et prenons le chemin de la descente. L’idée est de rouler le plus possible avant 11h car les remontées mécaniques étant ouvertes, les chemins sont ensuite assiégés par les randonneurs. Après un bref crochet par les incontournable Cinque Torre, nous rejoignons le bas de la station d’où nous sommes partis la veille.

Nous avons déjà pas mal d’images de riding sur des trails technique et rocailleux, idéalement j’aimerais filmer du chemin plus roulant pour avoir un environnement différent. Andréas et Werner décident donc de partir sur un nouveau spot moins fréquenté par les randonneurs, avec des sentiers en terre plus meuble, bingo ! Nous prenons donc la route de Cortina D’Ampezzo et partons à la découverte de ces nouvelles traces. Sur ces trails bien flowy, les gars se font plaisir et lâchent complètement les freins. Tout le monde s’éclate car même si nous sommes là pour le boulot, notre métier a quand même de très bons côtés… 🙂

L’après-midi touchant à sa fin, c’est l’heure de rentrer sur Val Gardena pour la dernière soirée en Italie. Pas d’excès pour autant car 10h de route nous attendent demain pour rentrer au bureau… Nous sommes claqués mais le job is done, et c’était quand même bien cool.

Sur le retour, Manuel et moi visionnons quelques photos du shooting et nous sommes alors sûrs d’une chose : cela valait vraiment le coup ! Ces premières photos sont épatantes et te donne vraiment envie de rouler à vélo. On espère que c’est également le cas pour vous… ;-{D

  • fr
  • Pas de résultat pour ce lieu.
    Où acheter votre moustache ?

    Nos vélos sont distribués dans le monde par un réseau de revendeurs et magasins de vélos spécialisés.
    Recherchez le magasin le plus proche en saisissant votre code postal ou votre ville.